L'audace de la fraternité

(article rédigé par le Père Claude Babarit  -aumônerie de la mer- pour l'écho de l'Ouest) -26 septembre 2012.

Le  « Logis de la Pacifique » ,  est  ce hâvre de  paix,  ce  port d’attache, cet espace de ressourcement,  pour une semaine ou plus,  entre conches et forêts,  à la  Terrière,   à l’entrée nord de La Tranche sur Mer. Lors de  l’été 2012 :

- plus de 75 familles, parmi lesquelles 146 enfants,  y ont été accueillis dans les logements en dur , 

- 30  jeunes sous tente et caravanes,

- et  10  groupes représentants 339  personnes. 

Pour faire le point, à l’initiative d’Henri Boutet et de son équipe, ce  mercredi 26  septembre, c’était l’heure du bilan. Y  avaient été convoqués les bénévoles, administrateurs de l’association et  sympathisants.

Le document de synthèse  expliquait : « Depuis quatre ans le travail en partenariat s’accentue. Avec le Secours Catholique (national et ses délégations), notre premier partenaire, nous développons une volonté affichée et reconnue d’accentuer les accueils des populations qu’elles accompagnent dans leurs loisirs en particulier estivaux. En nous définissant comme gîte ou village de vacances nous offrons une prestation de logement de qualité et une animation tournée vers l’apport culturel de la région et de la ville où nous sommes.

Notre accueil s’est élargi cette année à d’autres partenaires : Resto du cœur, Emmaûs, Lugova, Proxypol, Vacances familiales, ATD Quart Monde, Entraide Ouvrière. Nous pensons avoir réuni toutes ces familles au mieux ».

En conclusion de cette journée, Henri Boutet  l’a rappelé,  nous sommes bien au clair sur nos orientations : la priorité est de rejoindre les familles, les personnes hors du circuit des vacances, les familles avec des ressources modestes, les familles fragilisées par les aléas de la vie et de passer, ensemble, de bonnes et fructueuses vacances. Cette année il a été rappelé le bilan très positif de ces accueils dont les partenaires qui accompagnent les familles sur leurs lieux de vie voient les résultats : se retrouver, envisager de nouveaux projets.

Des atouts « La Pacifique »  n’en manquent pas. Un  climat de fraternité  conforté par la présence et le soutien de nombreux bénévoles. Un appui technique par la venue, cette année pour six mois, de deux volontaires en contrat civique  qui ont pris en charge les jeunes au travers d’activités proposées,  la proximité de la forêt et de la mer…   L’un des slogans de la maison est «ce que chacun sait faire se partage tout aussi bien. »

Une maman a  écrit sur le livre d’or de la maison : « Grâce à la Pacifique, j’ai pu rendre mes enfants heureux. » Lors de  l’évaluation de fin de saison, ce 26  septembre, un engagé municipal ajoutait : « permettre de passer du « consommateur »  au « consom-acteur ». Une autre manière de réussir le  « vivre ensemble »  en instillant la « convivialité »,  en « osant la fraternité » cet autre élément de la devise nationale,  dans lequel se reconnaissent bien  les chrétiens qui y voient un autre nom de l’amour du prochain.

Au Logis de la Pacifique on s’inscrit dans une belle histoire,  celle qui a été ouverte ici même par les pionniers que furent Maurice Bretaudeau, Georges Guinaudeau, Pierre Huvelin, Claude Guilhemjouan et quelques autres qu’il faudrait nommer.  L’aujourd’hui est toujours porté par l’enthousiasme et la passion d’Henri Boutet et de l’équipe qui l’accompagne.  Dans la lutte contre l’exclusion,  la solidarité appelle la réciprocité. A la Pacifique  on ne l’a pas oublié,  en « osant la fraternité. » CB.