Vacances et réseau solidaire

Ce 12 mai, au Logis la Pacifique, les équipes d'accueil et d'animation ont accueilli leurs partenaires  responsables de l'accompagnement familial et de l'envoi de familles en vacances : Resto du Coeur d'Angers, Secours Catholique du Mans, d'Angers, de Tours, de Limoges, de la Roche/Yon, de Blois ont réaffirmé leurs convictions de lutter contre les exclusions en favorisant les vacances familiales dont tant de personnes et de familles sont exclues.

Vivre ensemble des moments intenses dans un environnement sécurisant, découvrir en soi un dynamisme nouveau après des temps de galère, se laisser re-génerer par l'air marin, trouver ensemble la force nécessaire pour enfin avoir de vraies vacances, comme tous..Tout cela a été débattu et de nombreuses propositions ont été faites animées autour de Franck Dubois responsable au département des "solidarités familiales" au Secours Catholique.

Les actions en amont et en aval ont été précisées autant par ceux qui envoient les familles que par ceux qui vont les accueillir. Elle sont conduites par des bénévoles et des salariés qui construisent le "projet vacances" avec chaque famille dès le mois de janvier, pendant que la Pacifique forme, prépare ses bénévoles à mieux accueillir : inscription au plus juste, aménagement mené de part et d'autres par les bénévoles après les évaluations des familles, nouveaux projets familiaux conviviaux pour repartir et poursuivre des liens avec de nouveaux amis...C'est cela aussi s'insérer.

Vivre ensemble et contribuer à l'épanouissement de chacun est un enjeu de société essentiel que tous ont réaffirmé.

Rando (suite) légende (suite)

Nombreux étaient les randonneurs qui le matin de la porte ouverte se sont empressés d'aller vers la mer à travers la forêt.

René, Jean-Claude, aidés par le responsable de l'APELT tranchaise ont présenté la flore, si diverse en cette saison  autant sous la forêt que sur les dunes. Maurice, qui fut moniteur au tout début de la Pacifique (1957)  a résumé cette rando par un très joli montage.. à nous de rêver mais aussi de nommer. Bonne promenade.

Et de conter aussi, cette légende de  Curzon avec ses fées et son pont inachevé à,travers les marais remplis d'iris en ce printemps. Occasion de remarquer le magnifique tableau que Mr Saulanet en a fait, aimablement prêté par Me Sylvie Giraud, qui a réalisé une superbe exposition sur le passé de Curzon et de ses habitants.

Cette légende, comme bien d'autres s'est passée dans l'environnement immédiat de la Pacifique... Elles nous seront contées cet été.

Un rassemblement familial mémorable

Où la famille Leclerc et ses valeurs ajoutées pouvaient-elles se rassembler pour fêter la jeune septuagénaire, mère et mamie  Ginette, si ce n'est à la Pacifique? Ce fut une bien jolie fête où les surprises suscitèrent bien des Oh et Ah. Comme c'est le cas depuis quelques temps les nouveaux aménagements, plus fonctionnels, ont contribué à agrémenter la fête.

Tous ont découvert par la même occasion ce petit coin de la Tranche, son accès à la plage en empruntant les sentiers boisés de chênes verts, de pins ou d'acacias. Le soleil a aussi su se montrer généreux, ce qui était bien normal pour cette belle fête. Quelques jeux de cour permirent de mesurer les adresses des uns et des autres.

Tous les amis du Logis la Pacifique souhaitent donc encore de nombreux printemps à leur trésorière..

 

 

Une rando de Légende

Une rando de légendes

 Nos 3 compères, partis reconnaître un itinéraire de randonnée du Logis jusqu'à la mer pour les prochaines portes ouvertes, , sont tombés nez à nez avec une chose curieuse, une plante ? pas de feuille, pas de chlorophylle, dressée sur le sable de la dune.

- "Une orobanche !" avance le botaniste.

- "Ah oui, c'est bien une orobanche !" confirme l'ancien prof de sciences nat.

Le président reste sceptique.

 Mais qui a pu apporter cette curiosité, mi-végétal, mi-champignon, ici, face à l'océan, émergeant tout juste du sable, exposée aux vents de noroît ? Serait-ce  quelqu'âme damnée de la cité de Belébat engloutie sous la dune ? Ou une de ces garâches qui hantent la nuit, la Casse à la Reine ou la Casse à la Bonne Femme ? Peut-être quelques fradets, tout habillés de rouge, échappés de la forêt toute proche ?

 Si vous savez quelque chose de cette curiosité, n’hésitez pas à rassurer nos 3 compères.

 Henri, René, Jean-Claude

 

Sous-catégories