En hommage au Père Hamel : vivre ensemble

Vivre ensemble ?

Vivre ensemble -  Ces mots fleurissent actuellement sur beaucoup de lèvres et chacun y va de son explication. On entend tout et en corollaire, son contraire. Des politiques de tout bord s’approprient ce mot à des fins personnelles et bien souvent électoralistes, sans prendre vraiment conscience de la réalité du terrain.

Au Logis de la Pacifique, à La Terrière (La Tranche sur Mer), vivre ensemble, ces mots trouvent tout leur sens. Les grandes théories maintes fois répétées s’effacent devant la réalité du terrain. En prêtant l’oreille mais même sans vraiment faire d’effort, on peut entendre Simon s’exprimer en lingala avec Gretta, son épouse. Ratimat devise en russe avec sa fille Djavgarat. Maïmouna interpelle ses enfants en soninké. Renata parle en polonais, Fayza en arabe et Yolette utilise son créole natal d’Haïti. Corinne et Nathalie s’exercent à la langue lusitanienne sans difficulté aucune. Ne le répétez pas trop fort, mais il paraît que l’on peut même y entendre du français.

Au milieu d’eux, une petite troupe s’anime : un jeune éducateur civique, des scouts le baccalauréat tout  juste en poche, des gens de passage, à la journée ou à la semaine.

Les résidents arrivent avec sur leurs épaules leurs soucis quotidiens, leur parcours chaotique si bien que, la fatigue du voyage aidant, ce sont des visages plutôt fermés  et renfrognés que l’on devine d’abord. Et nous allons devoir passer une semaine ensemble. Aie !

Première étape : écouter et répondre aux nombreuses interrogations pratiques : les déplacements ? Le fun bus gratuit. Les courses ? L’épicerie solidaire dans l’enceinte même du village ouverte à toute heure du jour et parfois un peu tard le soir. La mer ? Elle n’est pas très loin.

Puis on s’apprivoise mutuellement. Les jeux délient les langues. Le café offert quotidiennement après le déjeuner est le moment privilégié pour s’exprimer sur les premières sorties à la mer ou dans la ville. Le soleil donne des couleurs au corps et aux cœurs. Le karaoké réjouit les plus jeunes. Les mamans (les papas … euh !) confectionnent avec beaucoup d’amour et de savoir faire, un plat original partagé entre tous et elles ont l’avantage de se voir applaudies avant même qu’on ait goûté à des fumets ou des desserts qui nous font saliver. La semaine se termine avec la projection des meilleures activités de la semaine et chacun repart gonflé à bloc, CD de photos en mains, avec l’envie forte de revenir l’année prochaine.

La grimace de l’arrivée s’est transformée en un sourire magnifique et réconfortant pour celui qui le produit et l’autre en face qui le reçoit.

Et si c’était cela le vivre ensemble ?

                                                                                  

Jean-Louis et Rose Heulin -accueillants