Un sportif de haut niveau à la Pacifique

Un sportif de haut niveau à la Pacifique

Quand il déambule dans les allées du Logis de la Pacifique, il en apprécie le calme avec Armande son épouse, Hugues-Gérémie et Zoé-Sarah ses enfants, même si quelques plus jeunes foncent sur leur vélo, se donnant de faux airs de  Peter Sagan ou Andrey Greipel lors d’une arrivée au sprint dans une étape du Tour de France. Scénario impensable tant il est une star chez lui au Gabon.

Jean Louis qui est à l'accueil avec Clémence  pose trois questions à Olame Zolo Eya Hugues

Quels titres jalonnent ta carrière ?

Je suis ceinture noire 5ème dan de karaté-do, ceinture noire 1er  dan de taekwondo et ceinture noire 1er dan de boxe française (full contact).

J’ai été 15 fois champion du Gabon, 3 fois champion d’Afrique Centrale, vice-champion d’Afrique à Johannesbourg en 1998, champion d’Afrique junior, champion de France de full contact en 2010 à Lyon et champion de France de karaté par équipe avec le CIK Paris.

J’ai participé à 4 championnats du monde : ½ finaliste JKA à Paris, ¼ de finaliste à Munich, participations à Madrid et au Québec.

Quelles sont tes activités actuelles par rapport à ces sports ?

Je suis en cours de validation de mon 5ème dan et je m’entraîne avec le Shotokan IKC Paris sous la houlette du professeur Serge Chouraki, un maître incontesté de la discipline.

J’encadre des stages sur Angers et j’ai, à l’heure actuelle, des demandes pour Sao Tomé, la Centrafrique et le Gabon.

Que t’ont enseigné ces combats ?

En premier lieu, je retiendrai l’humilité. Ils imposent en outre le respect des autres et ils m’ont appris à avoir des principes pour parvenir à mes objectifs, notamment une bonne maîtrise de soi.

La pratique d’un sport de haut niveau impose une hygiène de vie que j’ai toujours respectée : j’ai banni l’alcool, le tabac, les jus sucrés. Je bois principalement de l’eau d’Evian mais en dehors de cela, je n’ai pas de régime particulier.

La pratique de ces sports m’a permis de m’intéresser à tous les sports en général et mieux vaut une pratique régulière que des périodes intensives espacées.

Si vous le rencontrez, il vous parlera avec passion et pédagogie de ses activités. Tendez l’oreille, ce sont des paroles d’évangile. Mais il est trop humble pour vous l’avouer.

Plusieurs séances ont été accueillies avec joie par petits et grands. merci!