Sur la route des légendes

Sur la route des légendes

Les balades contées de Jean-Claude Popinot sont toujours une surprise chaque semaine pour les vacanciers de La Pacifique. Aujourd'hui, en ce jeudi 6 août, nous partons sur la route des légendes dans l'arrière pays tranchais.

Tout d'abord Saint Benoist sur mer ! Rien que le nom de cette bourgade est une légende, malgré son nom, la mer n'y est plus présente depuis plusieurs siècles suite à l'assèchement du Golfe des Pictons à partir du  XIIIème siècle.  Saint Benoist fut pourtant encore un port florissant  jusqu'au XVIIème siècle sur la rivière de Saint Benoist, un des trois bras du Lay. Blé, vins, sel de Curzon partaient de là  vers l'Angleterre, la Hollande, l'Allemagne... L'église du village nous réserve un magnifique retable représentant la mise au tombeau du Christ surmonté d'une curieuse Sainte Trinité : le Fils est assis à la gauche du Père! Une autre curiosité sur le toit de la  même église : la statuette d'un lapin avec une pipe ! Ce lapin qui fume a fait l'objet de nombreuses légendes entre autres celle du vieux curé de Saint Benoist qui surpris par la visite de son évêque jeta sa pipe allumée dans son clapier embrasant clapier et lapins!

        

Angles ... encore la statue d'un animal sur le toit de l'église!  La Malbête du Troussepoil, une sorte d'ours légendaire qui se baignait à contrecourant dans le ruisseau du pays et en sortait le poil tout retroussé. La Malbête  semait la terreur dans les environs en mangeant les brebis des troupeaux et bien souvent les bergères aussi. Mais comment la Malbête se retrouva-t-elle  pétrifiée à jamais sur l'église d'Angles? Et pourquoi les jeunes filles d'Angles deviennent-elles laides  en entrant dans l'église? Tout au long de l'été, Jean-Claude nous captivera en répondant à ces questions et à bien d'autres .

Un arrêt pour découvrir la tour de Moricq, importante tour quadrangulaire posée en bordure du Marais Poitevin, là où venait encore la mer  quelques siècles en arrière. La tour actuelle construite en 1435  par le maire de La Rochelle sous forme d'un donjon servit de défense à l'entrée de la rivière de Saint  Benoist quand celle-ci était très fréquentée par les navires de commerce puis elle servit de prison pour les protestants après la révocation de l'Edit de Nantes et enfin de grenier pour stocker le blé avant d'être abandonnée aux chouettes effraies et aux pigeons. L'évacuation à l'air libre des toilettes au troisième étage retient l'attention des visiteurs de notre groupe. Jean-Claude profite de cet arrêt pour présenter les mesures anciennes : le pouce, le pied, la coudée... et la table de multiplication par 9 ... sur les doigts !

                                                                                                                                                 Jean-Claude Brodu