Un équipage  de la Pacifique à la voile.

Un équipage  de la Pacifique à la voile.

Arrivés de la Tranche sur Mer, Aline  et 4 enfants de deux familles, ont embarqué  ce  mercredi 26 juillet à 11 heures aux Sables  d’Olonne.  Au port,  les exercices  prévus,   gilets de  sauvetage obligatoires pour les enfants  et d’autres  encore d’initiation nautique : apprentissage  de la manière  d’envoyer la voile,  de  tourner  un winch  avec la manivelle,  de faire passer la voile de bâbord à tribord et inversement, découverte de l’affichage sur GPS,  du  signal d’appel automatique à  déclencher sur la VHF en cas d’indisposition subite du skipper.

Le voilier quitte le ponton et embouque le chenal au moteur, croisant des bateaux de pêche qui rentrent  du grand large. Dans le chenal chacun, chacune peut tenir la barre avec le  barreur.  Après la tour d’Arundel et les phares rouge et vert  de  la grande et de la petite jetée, un petit vent d’ouest  et une température agréable se font encourageants. On hisse une voile, le génois. Les manœuvres s’enchainent entre la bouée du Nouch-Nord et les bouées temporaires délimitant la zone des baigneurs. De bâbord à tribord et de tribord à bâbord,  deux jeunes de l’âge du collège ont très vite saisi l’art de choquer, border et de tourner les manivelles. Pourtant une houle  pernicieuse, à peine visible en surface,  finit par  indisposer de jeunes équipiers qui commencent à pâlir. Il était prévu de déjeuner sur l’ancre au mouillage,  mais après plusieurs virements de  bord il est sage de rentrer au port.

 Au ponton  le voilier est accueilli par des goélands qui ont compris que c’était l’heure du pique-nique. Ils attendront, près de la plage arrière, que des miettes tombent des casse-croutes tirés des sacs. Le bateau est bien amarré. Les sourires sont revenus, la parole aussi.  Chacun peut se présenter. Le bonheur des activités au logis de La Pacifique et à la plage de la Tranche sur Mer. 

A la question du skipper, « pouvez-vous deviner ce que je faisais avant la retraite ? », les réponses arrivent : marin, mécanicien, enseignant,  libraire.  Réponse du skipper : oui, un métier qui a rapport avec les livres et même un livre,  la Bible.  L’un des enfants, après un temps  dit « prêtre ».  Ce qui libère la parole. L’un dit « je vais au catéchisme. »  Une autre « j’ai fait ma communion ». Un autre encore : « je suis baptisé, mais c’est tout.»   Tournés vers l’avenir, les enfants disent dans quelle classe ils allaient entrer  en septembre.  Aline, en bonne mère de famille, organise le débarquement. Retour à la voiture avec quatre enfants  heureux de ce début d’aventure nautique.