Monique -accueillante pendant 1 semaine

 

Je m’appelle Monique,  je suis bénévole au Secours Catholique dans la Sarthe.

Du 26 juillet au 2 août 2014, me voilà à « la pacifique » lieu que j’affectionne particulièrement, j’y suis venue, une semaine en  juillet 2013 avec des familles Sarthoises (en accompagnement total).

Et cette année, j’ai franchi le pas…une semaine de bénévolat… au service des familles 24h sur 24h…Vivre avec…à leur  rythme…

A mon arrivée, je suis accueillie par un couple très chaleureux on m’explique le fonctionnement de l’accueil, numéros de tél d’urgence, sortie des poubelles, animation…oh ! Que de choses, vais-je me souvenir de tout ? Je suis tout de suite dans le bain (non, pas à la mer, mais à « la pacifique »…

Durant ce temps, j’ai croisé un certain nombre de  bénévoles qui donnent de leurs compétences, de leur temps…2h…5h…une journée,  selon la disponibilité de chacun.

Monique avec ses amis bénévoles

Etre bénévole à « la pacifique »est très varié...Etre à l’écoute, renseigner, s’asseoir avec les familles autour d’un café, jouer avec les enfants, mais aussi du ménage, lessive le tout dans la bonne humeur.

Un soir, un grand nombre de familles ont diné ensemble, sur la terrasse, quelle belle tablée, avec des nationalités diverses, on ne se comprend que par gestes pour la plupart…Ce n’est pas un problème, on s’adapte.

Une maman Géorgienne vient m’inviter à me joindre à eux….Je refuse poliment car c’est leur soirée et je ne veux pas être un obstacle à leur discussion. Cette même maman viendra plus tard m’apporter une part de tarte au fromage…hum…délicieuse !

Je remercie les scouts de Sallanches qui ont été un atout indispensable à la vie de « la pacifique » avec leur bonne humeur, pour distraire les enfants avec des jeux et des concours, sans oublier les diverses tâches qui ont accomplies.

Temps de repos (Monique à gauche).

Ce fut une expérience enrichissante. Je suis rentrée usée mais pleinement heureuse.

Que d’autres bénévoles se mettent en route, car accompagner des familles c’est bien, mais vivre avec, c’est une autre dimension.

Au quotidien dans l’accompagnement des familles, je ne me sentais pas seule, il me venait souvent en mémoire cette parole d’évangile :

Ce que vous ferez aux plus petits d’entre les miens, c’est à moi que vous le ferez.

MONIQUE  le 12 août 2014