Une journée en mer sur le Kappa

Une semaine à  La Pacifique de La Tranche/mer.  Que du bonheur pour les enfants  et les familles !. Mais avec un petit plus  quand on peut y inclure une journée de mer sur un bateau à voile ;  c’est ce qui est arrivé à  Louis et  Mégane,  accompagnés de deux adultes Cindie et Léo aux Sables d’Olonne. Ce mercredi 16 juillet 2014 ils  sont montés à bord de Kappa,  un voilier comportant  six couchettes pour la navigation de nuit et tout ce qu’il faut pour vivre sur le bateau.  Arrivée en pleine mer, après avoir quitté le chenal les gros bras de Léo sont bien utiles pour hisser la grand’voile

.

 Mer calme, peu de vent, la douceur de l'air  et une  légère houle  qui va éprouver l’estomac du plus jeune, le moussaillon Louis  qui  va s’endormir sur un coussin à l’intérieur du bateau,  tandis que Mégane et  Léo tiennent la barre, sous l’œil  attentif des deux skippers du bord.  On  file vers le grand large. Au bout d’une heure il est temps de sortir les casse-croute  pour calmer une petite faim  sans que le bateau s’arrête. Les mille nautiques ont défilé, l’équivalent de 10 kms  sous le seul effet du vent  et de l’action de celui ou celle qui tient la barre.  Nous avons pris le large, et au bout de deux heures peut-être,  il faut faire demi-tour.  L’un des skippers  affiche sur le GPS la direction à prendre, celle de la bouée du Nouch  qui indique l’entrée du port à tous les navigateurs. Mégane, à la barre, vous nous y diriger sans problème.

La ville des Sables s’est rapprochée. A proximité de la grande plage, c’est le moment   de  lancer le moteur, d’enrouler la voile d’avant,  d'affaler la grand'voile  et  de rentrer au  port.  Mais nous sommes à marée basse, le grand coefficient de marée  ne permet pas à Kappa, d'embouquer le chenal avec ses 1, 80  de tirant  d'eau.  On   reste même immobilisé  à l’entrée du chenal, attendant que la marée remonte. Dès que le bateau recommence à bouger on se rapproche des bouées qui délimite les zones  de sécurité,  entre l’espace dévolu aux  baigneurs et l’espace dévolu à la navigation. L’ancre y est envoyée par l’avant : elle retient le bateau et l’on s’y  attarde,  au moins une demi-heure  jusqu’au moment  où l’on estime que la mer a suffisamment remonté. Dès qu'il y a assez d'eau à courir, Kappa s'aventure à nouveau dans le chenal. Comme prévu quand le bateau se range sagement, Léo saute sur le katway  et les amarres  sont  saisies pour qu’il  se tienne tranquille jusqu’à une prochaine navigation.  Une dernière  photo de Louis, Mégane, Candie et Léo. On  quitte le ponton  pour retrouver la voiture mais  avec des images plein la tête, que les photos vont pérenniser. Une aventure de mer, vécue avec joie et émotions,  craintes et jubilations,  que  la photo-souvenir, depuis le ponton, va pérenniser.

  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.        - '; document.write(''); document.write(addy_text56564); document.write('<\/a>'); //-->\n Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Association Cap Vrai